Aphrodite impératrice.

C’est une vidéo trouvée par le biais du blog de la dame qui parle de sa rencontre avec Aphrodite et ce qui en a suivit. J’ai trouvé ça trèèèès intéressant et a quand même pas mal fait écho à mon expérience. Le blog et la chaîne youteube sont très chouette, je conseille.

Bon moment et à bientôt ♪

Publicités

[roue d’argent] C’est pas moi qui l’ai dit !

08/04/2012

Ce n’est donc pas moi qui l’ai dit, mais je relaie l’information, et la traduit. Approximativement. Page transmise ce matin par intercession facebookienne. ça s’agit de ça . Je ne connais pas le site, mais il faut bien admettre que les vingt-deux choses que les étudiants en occulte devraient savoir, font sens. L’auteure, Sheta Kaey s’est basée sur les lames du tarot pour ce faire. Alors étudiant en occulte au sens large du propos. Les paganiaiseries et autres ésogeekeries sont également concernées à mon sens !
Je n’ai pas pu m’empêcher de faire quelques commentaires ( en italiques) et bien que j’ai fais de mon mieux, je suis ni littéraire de base, ni compétente en langue en fait. Toute remarquer/correction est donc la bienvenue si jamais ! Et Merci à celle qui m’a aidé à traduire ♥ ( je partais de loiiiiin)

0. Le Fou. Les idées neuves sont toujours stupides.
C’était Einstein , je crois, qui a dit que les nouvelles idées sont toujours ridiculisées et rejetées avant d’être assimiliées et finalement acceptées comme des vérités ( jusqu’à l’arrive de nouvelles révélations/vérités). Votre intuition personnelle de ce matin pourrait devenir une évidence collective d’ici ce soir. De façon objective et subjective. Le net et les citations…halalala, puis je comprends pas la dernière phrase, et vous ?

I. Le mage. Repoussez les limites.
Les limites n’existent que dans votre esprit. Tout serait dans votre tête ? Peur-être pourriez-vous penser plus ce qui n’est pas dans ladite caboche. Pouvez-vous expérimenter quoi que ce soit depuis n’importe où ailleurs ? Okay…donc..? ( Ici gros doute sur le sens de la phrase : part-elle du principe que tout est dans la tête ou pas que ? Je n’arrive pas à comprendre )

II. La Grande-Prêtresse. Le travail personnel n’est pas à mésestimer.
La carte n’est pas le territoire, le menu n’est pas le repas. Au bout d’un moment, vous devez arrêter de lire et de tout régurgiter en bloc, sans pensée ou réflexion. Ayez le courage de vous attaquer à un territoire inconnu, étranger. Si vous ne le faites pas, vous ne ferezque tourner en rond. Si vous ne le faites pas, vous serez condamnés à tourner en rond, errer en mordor pour toujours, sans même un poisson frais.1.  » un Tao sur lequel des mots peuvent être mis, n’est pas un vrai Tao. »2. Le vrai mystère est ineffable, et doit être vécus.

III. L’impératrice. Partagez vos idées.
Les gens adorent suivre votre parcours et comment vous êtes arrivé à une conclusion ou une manifestation. Ne faites pas que vanter les résultats – dites-leur comment vous y êtes arrivé Et quant on voit ce que font les gens des trucs sans explications, autant faire de la prévention.

IV. L’empereur. à problème terre à terre, réponse…
Si vous avez besoin d’un travail, d’améliorer vos relations…N’espérez pas trop de la magie, même si ça peut aider. Vous devez être près à entreprendre des actions pour changer votre vie, et non seulement le vouloir fortement. en espérant qu’une licorne vous vomisse un arc-en-ciel qui contiendra la réponse. De même, avant d’attribuer une cause surnaturelle à quoi que ce soit, vérifiez bien que les raisons plus concrètement bassement matérielles, triviales, terre à terre et quotidiennes en somme ne sont pas concernées.

V. Le Hiérophante. Marquer sans but tu ne peux.
La théorie peut vous mener jusqu’à un certain point. Si vous ne vous levez pas de ce fauteuil pour pratiquer réellement, vous aurez peut-être l’air d’un magicien sur internet, mais n’êtes probablement qu’un dodu mal rasé en maillot de corps sale et dont les frasques gagnent en couleurs avec chaque bière. ( cette femme est pleine de préjugés à propos des joueurs de wow et de Cs et CoD)

VI. Les amants. Soyez éthique. Voilà, comme les dosettes de café, presque.
Peut-être que les autres, y comprit des gens que vous admirez, ne sont pas spécialement concernés par le propos, et n’hésitent pas à ne pas avoir de scrupules ou autres compassion, au point de faire passer ladite compassion pour un vice. Essayez de vous souvenir d’à quoi ressemblait la brute de la cour de récré et quels autres gamins traînaient avec lui. Ils agissaient de la sorte afin de ne pas être pris pour cible. Nombre de sorciers, mages, sont dans cette optique. Ne soyez pas comme eux.

VII. Le Chariot.Faites vous des amis, plutôt que des ennemis.
Le réseau ésopaïenocculte est tout petit petit… Un réseau où tout le monde a entendu parler de tout le monde. Rappellez-vous en avant d’énerver qqun. Si les gens doivent entendre parler de vous, assurez-vous qu’ils entendent de bonnes choses.

VIII. La Force. Une bonne image de toi est la base.
Question de survie, en tant que débutant, sous peine de se faire rouler dessus par les vieux de la vieille sans même qu’ils sourcillent. Puis c’est seulement en passant par le fou que l’on peut escompter devenir le mage. Il ne faut pas le prendre personnellement, et ne pas hésiter à retourner vers le fou autant de fois que nécessaire, question d’humilité…

IX. L’Ermite. Tu n’es pas le premier !
Quelqu’un d’autre est passé par là avant vous. Vous n’en avez juste pas encore entendu parlé. Ne pensez pas que vous êtes le premier ou le plus sage, parce que vous serez douloureusement gênés d’apprendre le contraire avant la fin de la semaine.

X. La Roue de la Fortune. L’écriture à la main, évitez ( les geeks sont sauvés)
Occultistes, ne laissez pas traîner vos écrits, ou encore votre brosse à dent. Si souvenez-vous, celle de la chambre d’hôtel de Panteacon, l’an dernier, vous la pensiez perdue ? Mwouhahaha. Votre touche personnelle risquerait de se retrouver dans la magie d’une autre personne un jour sinon… Erk. ( bwarf…)

XI. La Justice. Laissez votre travail parler pour lui-même.
De façon typique, plus la fanfare est grande, moins le contenu est au rendez-vous. Plus la reconnaissance est réclamée, moins elle risque d’arriver, ou de durer. Soyez prêts à montrer, faire, et assumer vos erreurs. Se sont elles qui vont vous faire grandir.

XII. Le Pendu. Long est le chemin de la réussite, plus que vous ne le pensiez.
Si vous avez déjà été à Disney, vous devez vous rappeler comment sont faites les files d’attentes : peu de monde à première vue, puis, plus vous avancez, plus il y en a, au détour d’un virage, le choc de la foule en attente, et la patience….si vous aviez vu ça dès le départ vous auriez peut-être renoncé à attendre. Mais à présent que vous y êtes, hors de question de laisser la place, après tout, vous y êtes presque, en tout cas vous n’avez jamais été si proche. La Magie est similaire.

XIII. Tout commencement nécessite de l’énergie.
Soyons bien d’accord, il s’agit de l’énergie pour bouger votre gras de la chaise, là. Pas cette bien trop métaphysique « énergie » que vous rayonnez astralement pendant ces rituels pour rendre vos rêves réalité. ( il devrait y avoir un meilleur mot qu’énergie pour ces trucs métaphysiques.)

XIV. La Tempérance. Enregistrez votre travail.
N’omettez rien dans vos dossiers. Ajoutez des commentaire, mais n’enlevez jamais rien. Et il ne s’agit pas de se limiter à des informations factuelles : les impressions subjectives détaillées sont également porteuse de sens, plus tard cela en aura certainement plus qu’aujourd’hui. Le risque si tout n’est pas enregistré est d’oublier, en tout cas de ne pas se rappeler clairement de certaines choses, et de perdre le bénéfice de ce qui a été vécut et expérimenté alors. ( sinon y’a la solution de tout noter sur des carnets qu’on perd, qu’on date pas et qu’on arrive pas à relire…)

XV. Le Diable. Par pitié…pas de site Web.
Bon, si vous voulez, ok. Mais laissez de côté votre expertise, surtout si elle est toute nouvelle. Si malgré cet avertissement vous persistez à en créer un, évitez le mauvais gout, notamment le rouge et le noir, c’est le genre de dossier qu’il vaut mieux éviter de créer sur soi. Sûrement une sur-abondance de blogs et autres forum ésocultes à tendance pentacle inversé et sacrifices de tamagochi qui ont choqués cette bonne dame

XVI. La Tour. Choisissez vos batailles.
Autant l’apprendre tôt plutôt que tard : les conflits n’en valent pas la peine en général. évitez les, sauf si la cause est primordiale pour vous. Sachez reconnaître lorsque l’on vous appâte. Laissez couler. Avancez

XVII. L’Etoile. Posez des questions.
Ne présupposez rien, remettez en question, même si vous pensez connaitre les réponses. Vous seriez surpris du peu que vous pensiez savoir. Soyez ouverts aux idées d’autrui et n’ayez pas peur d’étirer un peu votre paradigme. Encore moins attirante que l’arrogance est l’ignorance obstinée

XVIII. La Lune. écoutez votre instinct.
Quand l’esprit rationnel se manifeste en signifiant  » ce n’est pas logique/possible », notez l’information. Mais donnez également la parole à votre intuition, pour apprendre à discerner l’information valide de l’information foireuse.

XIX. Le Soleil. Réseaux.
Il y a une certaine vérité dans  » ce n’est pas ce que tu connais, mais qui tu connais ». Rendez-vous disponible, sans être trop poussif quand même. Sympa mais pas sangsue. Tout un art à apprendre.

XX. Le Jugement. Ne vous prenez pas trop au sérieux.
La seconde ou vous penserez ne plus rien avoir à apprendre, vous deviendrez incapable d’apprendre quoi que ce soit. On se détend, on rigole, on arrête de se sentir offensé ou insulté. Faites de votre mieux, et sachez que vous avez fait de votre mieux, mais ne pensez jamais que la barre ne peut être mise un peu plus haut la prochaine fois. Si vous continuez de la mettre cette barre plus haut et d’étirer vos limites, vous irez plus loins que vous ne l’auriez jamais imaginé

XXI. Le Monde. Le savoir n’est pas une ressource limitée.
Les occultistes se veulent dans une vision mentale centrale, proche de la somme non-nulle, du coup ils boudent quand ils sont accusés de dualité. Puis ils se sentent offensés si vous pouvez citer plus de références qu’eux. Face à la guerre de citation, deux choix : refuser d’y participer, ou faire un quote nazi en lien direct avec le propos. Point Godwin.

Je ne la rejoins pas sur tout, et il y a aurait pas mal à dire encore. Mais les grandes lignes sont plutôt pertinentes d’une certaine façon.

[roue d’argent] tirage des lunes

03/05/2011

Je continue sur ma lancée avec les tarots en vous parlant d’un truc que vous connaissez déjà peut-être mais comme on sait jamais et que deux vaut mieux que trois tu l’auras, parlons du tirage des lunes.

C’est une amie lostusienne qui m’en a fait part en juillet dernier si ma mémoire est bonne. Ne sachant d’où elle-même le tenait ou même si en fait elle n’en était pas l’instigatrice, je ne peux sourcer le propos.

Le principe est simple, dans les premières vingt-quatre heures du début des lunes, réaliser ce tirage. Le faire a chaque lune. De cette façon on peut suivre son cheminement et anticiper un p’tit peu ce qui va arriver.

Le tirage se compose de sept cartes réparties de la façon suivante :

      7

  1  2  3

  4   5  6

1 : Ce que je laisse partir

2 : Ce que je garde

3 : Ce que je reçois

4 : Comment le monde extérieur va m’affecter

5 : Ce que je vais offrir aux autres

6 : Ce que je vais commencer

7 : La leçon.

Ce tirage est à effectuer avec les 22 atouts des jeux de tarot. Un Oracle peut aussi faire l’affaire bien sur mais je trouve que le tarot par son essence, a un côté plus adapté, c’est subjectif, totalement ^^’

Je ne tire qu’avec mon Jodo. J’ai commencé avec et je continue. C’est fascinant de constater les cartes qui reviennent, de faire un retour sur le tirage du mois précédent, ça permet aussi de travailler le lien avec le jeu de carte en allant vers plus de compréhension.

Double voir triple bénéfice donc !

Un : approfondir l’usage du Tarot en affinant la connaissance des cartes. Lorsque se fait un retour sur le mois écoulé, revoir le tirage et mieux le comprendre permet notament d’affiner notre vision et notre connaissance des cartes.

Deux : Notre connaissance de nous-même et des cycles. Par les cartes qui reviennent souvent, les trames qui l’on ne perçoit pas forcément.

Trois : marquer le temps des lunes d’une façon je trouve adaptée. La fin, le renouveau, ce qui est à venir, la réflexion, le ressentit….

Ce tirage peut surement s’adapter et prendre d’autres formes, il me convient ainsi pour le moment donc je n’ai pas encore tout chamboulé :)

[roue d’argent] Les cartes.

20/04/2011

Comment en êtes-vous venues aux cartes ?

Quel est votre rapport a votre/vos jeux ?

Tarot ou Oracle ?

Des sujets de prédilection, des tirages rituels, autre ?

etoile-tarot.jpg

Tant de questions qui mériteront lecture attentive de vos réponses si l’coeur vous en dit de les publier en commentaire :)

On m’a demandé il y a peu si je manipulais les cartes, si oui lesquelles. Et là je me suis rendue compte que mine de rien, ça commence a chiffrer en année ! Et que mon rapport aux cartes transparait de mon évolution personnelle.

 Il était une fois et il n’était pas une fois….une mini Maïa, âgée de sept ans tout au plus, qui, enfermée par la tyranique volonté de ces adultes s’ennuyait…Elle chercha des bêtises a faire et se dit que la mise en place serait plus profitable quand ses cousins seraient arrivés. Puis elle tomba au détour d’un tiroir sur un jeu de cartes classiques, celui avec lequel elle jouait a la bataille avec son pépé.

Elle les sortit de leur étuit en carton usé, les étala devant elle, les tria. Par couleurs et formes. Puis fit des petits tas. Et de geste qui ne lui semblaient pas les siens elle les regroupa, batailla pour les battre avec ses mains d’enfant et s’interrogea. L’histoire ne dit pas a quel propos, les secrets se sont perdus, mais un adulte la retrouva penchée sur son ouvrage et ne su rien faire d’autre que de la toiser les yeux écarquillés.

Je ne fus pas punie. Un gros non dit s’installa.

Les années passèrent et arriva…*bruit de carillon* L’adolescence.

Et au détour d’un magasine pour invertébrées je tombais sur un numéro « spécial voyance, t’aime-t-il ? Est-elle jalouse ? « . Bref, un truc du genre, plein de bon sens et de respect de l’individu. Je découpais les minis cartes incluses et commençais a tirer. Et là j’eu mes réponses. Mais ma mère me surpris et me passa un savon d’ordre « arrête donc ces bêtises, tu vas te rendre débile a croire a ces trucs, va bosser ta bio » Dans la foulée elle me les confisqua.

Puis la fin du lycée. J’suis tombé sur un jeux de tarot a jouer de mes parents datant de leurs années fac, j’ai bidouillé avec. Petit a petit

Puis la fac et là…façon Alice version Jefferson Airplaines.

J’ai démarré avec le médiéval de lo scarabeo. Un Tarot classique qui me parlait assez étant une habituée de l’univers médiéval. Mais rapidement les limites sont apparues de l’usage que j’arrivais a en faire.

Suivit le Marseille façon Jodo dont je me sers encore mais de deux façon bien particulières que je notifierais dans un prochain billet.

Dans le désordre arrivèrent alors le Belline qui ne me captive pas vraiment, je n’ai pas accroché. Le Féminitude qui ne me quitte pas, c’est un très bon outil de travail je trouve, ainsi que l’oracle des Déesses selon Doreen Virtue. Doreen et moi n’avons pas la même vision du monde mais on arrive a s’entendre le temps de ce jeux ! Un oracle des druides de façon a comprendre un peu ce système a rejoint mon tirroir mais je ne m’en sers que de façon très ponctuelle.

Et les deux derniers arrivés.

Le Crowley qui reste a mes yeux le tarot le plus fin en terme de sens et de rendu. Son système polyvalent offre de nombreux psosibles et les symbols sont très très riches. Après c’est sur qu’il avait son univers et sa vision du monde mais ce jeu reste honnête et sincère. Un des plus réglos que j’ai pu croiser jusqu’à présent.

Et L’oracle Tao des transformations que je suis en train de découvrir petit a petit.

54784805.jpg

chacun de ces jeux occupe une place particulière en lien direct avec sa construction. Si je devais préciser l’usage hey bien…

Le Crowley en premier lieu. C’est pour les tirages de tout genre, toute info, introspective, passé, présente, futur, pronostiques ..

Puis le Féminitude. Femme solaire, Femme Lunaire, la Création, la recherche des archétypes, la compréhension d’un fonctionnement…

L’oracle des Déesses pour mes paganniaiseries :D

Le Marseille de Jodo pour un tirage bien particulier et certaines rares occasions.

 L’oracle Tao chaque matin pour sa perle de sagesse et de façon régulière et exploratoire pour le moment.

J’ai fait, je pense, un tour global qui présente bien ma pratique des cartes, les jeux que j’ai et l’usage que je peux en faire. Par la suite je pense poster des tirages particuliers et parler des jeux en eux-même, voir des cartes du marseille de jodo comme il en avait été question fut un temps !

 Morphée m’attend avec impatience, je vais donc de ce pas le rejoindre, douce nuit a venir sur ce son d’un film d’une poésie qui a su me toucher.

[How To n°1] aka « comment faire » et ici, comment « ressentir »

Un article qui pourrait peut-être donner des suites du concept : how to, c’est à dire « comment faire »(copyleft by Nemn)*. Modulable sur pas mal de sujets, et surtout, sans aucune idée de « moi j’ai la science bitches ». Juste que parfois ça fait du bien faire le point sur ce qu’on « sait » et parce que échanger autour de ce genre de méthodologies c’est fortement intéressant je trouve. De la technicité, de la pratique. Bref.

Avant tout chose, il me semble évident qu’il n’y a pas qu’une façon de faire et qu’il y a autant de how to que de sensibilités même si, parfois, certaines peuvent se regrouper de part leurs approches. Que ça soit parce que naturellement on a du mal à gérer des ressentis qui peuvent « bouffer » ou parce qu’on cherche à ressentir « plus » ou bien juste pour le fun de la discipline, c’est toujours bon de croiser des méthodes, d’expérimenter et de ne jamais prendre pour vérité pertinente ce qu’on va lire. Hé oui. Et surtout pas moi hein.

Autre élément : loin de moi l’idée de vous faire la messe morale, mais il est tout de même bon d’avoir conscience de ce qu’on cherche à percevoir et pourquoi. Quand c’est bien clair dans notre petite tête, on peut se pencher sur le comment. Oui hein, la méthode dépend du but, donc à vous de voir.

 

I les sens.

à première vue, ils sont cinq : vue, odorat, toucher, ouïe, goût. Pour les perception au-delà du réel, on parle souvent du sixième sens (i see dead peoples everywhere, etc.), pourquoi pas, ça a du sens d’une certaine façon.

Nos cinq sens vont être, je pense, des mécanismes de traduction : telle couleur aperçue va nous évoquer des choses faisant sens dans notre caboche cabossée, de même pour le goût qui renseigne presque autant que ce frisson qui témoigne de « quelque chose » ou peut-être juste d’un courant d’air.

Certaines personnes vont hiérarchiser les sens, selon un skill plus ou moins balaise, genre le fantasme sur la vue des auras qui traduit des capacités supranormales trop kikoulol, d’autres qui vont privilégier tel ou tel autre sens selon une tradition et j’en passe. En règle générale le choix se porte sur un sens que les personnes « entendent » plus, allez savoir pourquoi. (tu la sens mon ironie ?) Y’a pas de bon ou de mauvais sens, y’a juste des messages qui t’ont tendus la main, dans la vie, à un moment où tu ne t’y attendais pas…

Je me permettrais de rajouter, humblement, l’imagination comme sens perceptif. Bah ouais, faut pas être con. Le neurone a parfois son utilité et permet d’accéder directement à subjectivité susnommée sans passer par des signaux en morse issus d’un codage alternatif sur une langue plus parlée depuis la naissance de Khéops. J’entends que ça soit sujet à débat, mais je l’ai constaté chez de nombreuses personnes, des idées vs du vécut, à vous de voir. Puis j’aime pas les débats maintenant que j’y pense.

Alors là, la question se pose : ce  qu’on perçoit par ce biais-là est-ce une réalité aussi tangible qu’un cailloux, c’est à dire, cette personne est-elle réellement bleu à paillettes ou bien est-ce notre esprit qui a donné ces teintes pour que, selon notre mécanisme de symboliques personnelles et autres subjectivités on puisse biter ce qu’on a devant « les yeux » ? J’en sais rien, je m’en branle, et de toute façon, la réalité, bof.

Alors, dans le doute, je me permettrais le conseil suivant : mieux vaut partir du principe de subjectivité pour les « données brutes » aka les perceptions. Par exemple : si pour vous cette vinaigrette a un petit goût citronné qui vous ravit et bien tant mieux, si par contre une autre personne ne sent pas le goût citronné mais au contraire telle épice lambda mais que ça la ravie également, rien à dire. Même résultat analytique final : c’est fort bon, premier avis positif. Vous avez perçu quelque chose de positif à première vue. Félicitations. Mais on arrive au deuxième point du coup.

 

II et on en fait quoi de cette vinaigrette ?

1 : on regarde le contexte : ce que j’ai senti se positionne où ? Selon si c’est dans une salade ou dans de la choucroute, on part peut-être pas sur le même référentiel. Ne pas chercher à positionner fermement le contexte, on n’est pas à l’abri d’un truc wtf pas prévu dans certains contextes présupposés. Juste positionner des éléments de structure pour se donner l’autorisation de discerner un minimum.

2 : On croise les données. Ouais. Original vous m’direz. Mais entre A et son citron et B et son épice, on peut déjà dire, sans trop trembler des genoux que les subjectivités de chacun vont donner du relief et permettre, encore une fois, de discerner. Si vraiment vous êtes en jambe, n’hésitez pas et osez aller au-delà du premier goût ressenti. Enfin, finissez pas toute la vinaigrette tout de même.

3 : On formule des théories, on cherche à les..oh wait…Serait-ce des procédés d’expérimentation que j’énonce? Hé bien, oui. Donc on rassemble les théories, hop, comme une bergère et ses petits moutons et puis on fait le tri histoire d’éviter de se faire empapaouter la face par une vinaigrette plus maline que nous.

 

III Repositionnement des perceptions.

Le dernier paragraphe du grand I évoque un implicite : il parle de ressentis positifs, ce qui sous-entends que certains peuvent ne pas l’être. Well, well well.

Le seraient-ils réellement ? Tel le cailloux fier et brave du début de cet article ou bien le seraient-ils juste pour certains types de pierres ? Ou bien juste pour nous ? Ha, c’pas simple ça.

Nous sommes tous plus ou moins compatibles avec différents moods, vibes, énergies (haha point new age atteint). Je vais partir du principe naïf que si on cherche à ressentir, on se connait tout de même un petit peu et on sait ce qu’on peut gérer et au contraire ce qui pour nous va être considéré par le système central comme dangereux, etc.

 

IV so, how to.

De nombreuses méthodes :

– déjà, les outils type tarot peuvent aider à discerner sans passer par l’analyse des données brutes puisque déjà traduites par l’outil. Vous n’aurez plus alors qu’à contextualiser et faire fonctionner votre outil personnel : le neurone.

– quand un « ressenti » vous cogne violemment la face : prendre du recul. Mais du recul vis-à-vis de la vinaigrette hein, pas de vous-même. C’est à dire que vous vous recentrez sur vous-même.

– après chacun la sienne, les percepts énoncés plus haut me semblent répondre à la plupart des possibles.

 

C’est la fin de ce premier how to : maintenant ne pas perdre de vue que chaque sens est tel un muscle : plus on en use, plus il s’affine. Exemple avec le vin hein, on n’a pas tous le palais d’un bon œnologue, ça nous empêche pas de goûter que je sache.

 

* Alors, le Nemn a prit la grosse tête ? Pas à sa connaissance. Simplement j’en ai un peu assez des gens qui n’ont pas un minimum d’honnêteté intellectuelle et qui vont se permettre de reprendre à leur compte des choses que d’autres leur on dit, ou qu’ils ont lu. Ces gens là, j’ai envie de les noyer dans la farine. Na. Un des garant de bons échanges c’est le respect des participations de chacun. 

Ligne de vie

Il s’agit d’un « tirage » si l’on puis dire, en cinq cartes. La méthode provient du livre  » Tarot de. Marseille » de Dicta. et. Françoise, aux éditions Mercure.de.France. En toute honnêteté, je ne sais pas ce que ce bouquin vaut, mais je l’aime bien. De plus mon seul autre bouquin sur le tarot est celui de Jodo et bon, les deux se complètent bien dirons-nous.  (puis de toute façon je ne tire pas sur le Marseille )

Bref.

Roue de Pythagore.

Ce tableau, c’est la roue de Pythagore : elle fait correspondre chiffres et lettres et ça va donc nous être utile.

Première lame.

On remplace chaque lettre du prénom et du nom par le chiffre associé et on additionne le tout. Une fois fait, on réduit le chiffre de la façon suivante, au hasard, pour un total de 147 on fait 1+1+7= 9 (donc l’Ermite) et on ne réduit que si le nombre est supérieur à 22 bien sur. Pour résumer grossièrement, c’est la fiche perso cette lame. Elle vous représente vous. Caractère, données physiques et morales, ce qui vous est dévolu à votre naissance.

deuxième lame.

Très simple, il s’agit là d’additionner les chiffres de l’année de naissance. Pour moi ça donne 1+9+8+6 = 6 (l’amoureux). Cette carte décrit le contexte. Le milieu dans lequel vous venez au monde, la famille, les atouts, les blocages, etc.

Troisième lame.

On additionne les deux premiers. Ce qui donne dans l’exemple au hasard, le 15, donc mon copain, le Diable. Cette carte représente les buts à atteindre, l’évolution du caractère jusqu’à l’âge adulte…

Quatrième lame.

On prend la seconde lame et on la réduit ( par exemple, si c’est la 18 ça donne la 9). Si vous avez tendance à être contrariant, tout comme moi, face aux directives primaires, rajoutez à la seconde lame votre mois de naissance. Ici 6+12= 18. La lune. Il s’agit de la réalisation, de l’opinion de soi à l’âge adulte. Le regard que l’on jette en arrière.

Cinquième lame.

On additionne le tout et on réduit. 9+6+15+18=48 puis 4+8=12 (le Pendu). Là ils parlent de réincarnation, d’aboutissement de la vie si on a bien bossé, toussa. (si on a pas bien bossé je sais pas bien ce que ça donne du coup mas je suis mauvaise langue. )

Oui, la qualité photo est sale.

Tadam.

C’est un poil simpliste comme présentation des choses à mon goût. J’ai testé empiriquement, appliquant pour voir si des choses étaient pertinentes et ressortaient. Force est de constater que oui. simplement je nuancerais fortement l’interprétation de chaque carte. (Et rétrograderais temporellement les trois dernières (jeune adulte, adulte, vieux croulant ).)

D’autre part, ça se base sur le fameux principe du Nomem est Omem (Le nom est présage), et, c’est pas faux. mais c’est un peu court jeune homme.

Maintenant que j’ai grogné, le positif. Bon, j’vais être honnête. Tout mon entourage y a eu droit. Oui, peut-être même toi là qui est en train de me lire. (Mwouhahahaha)

T_T

Et j’ai constaté que pas mal de choses étaient pertinente, notamment sur les grandes lignes du caractère de chacun.

De façon plus terre à terre, quand j’ai pris connaissance de ma ligne de vie, j’ai commencé à bosser les cartes qui me concernaient en priorité. Et ça m’a pas mal aidé et dans mon approche du tarot et dans celle de moi-même (le je, cet inconnu perpétuel ).

Amusez-vous à essayer, ça pourrait amener des révélations qui sait ! Ah, et si une carte apparaît à deux reprises, il est conseillé d’y prêter d’autant plus attention, etc etc, tout le tralala habituel !