Lilith

404980_373334486091627_1179122276_n

 

Une image très parlante, de façon à bien commencer l’article !

Ne te fis pas à elle. Elle n’est pas bien intentionnée. C’est une démone. La mère de tous les maux…

Enfin, je dis ça, j’ai écris les deux lignes précédentes en 2013. C’est à dire que ça date. Je me demande où je voulais en venir alors, l’inconvénient de ne jamais prendre de notes, ou pas assez.

Expérience personnelle. 

Je n’ai croisé la dame qu’il y a bien longtemps et assez peu. Je bossais beaucoup avec une personne s’étant dédiée à cette divinité, et j’étais curieuse. Pour changer.

La prise de contact fut assez smooth, de mémoire (et date de bien avant 2013, plus de 2009 si je ne m’abuse). Pour info, j’étais pas mal au fond du trou face à la rupture la plus violente que j’ai jamais vécu et que je ne vivrais plus jamais j’espère ! Donc à cette époque, mes contacts étaient assez tranchés, c’était doux et précautionneux ou c’était le bordel le plus total.

Ce dont je me souviens : une douceur plein de compassion, quelque chose comme « pleure petite soeur ». C’est à son contact que ma sexualité a quelque peu évoluée. Avant le bonhomme j’étais assez décontractée de la culotte, je partais du principe de toute manière qu’à part ce point-ci je n’étais pas de très grand intérêt. Que je sois encore en vie et sans séquelle est peu ou prou un bien beau miracle considérant les prises de risque. C’est Lilith qui m’a aidée à réaliser que c’était pas forcément pour mon bien, non pas dans l’absolu, concrètement la légèreté de la cuisse est une bonne chose ! à condition que cela nous convienne et nous fasse du bien. Le fait fut que ce n’était pas le cas pour moi. Elle a dû aller un peu loin de mémoire pour que je daigne cesser d’être butée. Je suis butée. Très. Bref.

C’est une des premières déesses que j’ai rencontré qui m’a parlé de pouvoir personnel, de respect de soi et de connaissance de ses limites. De lever la tête et de ne certainement pas de baisser les yeux. De ne pas être désolée de mon vécu. Que si victime il y a eu, je ne le suis plus.

Je n’ai pas souvenir d’avoir volontairement fait un taf avec elle, de mémoire il y avait un petit autel et des discussions. C’était impressionnant, très intense, la dame est assez intense il faut dire. Ce que j’ai beaucoup admiré c’est sa façon de présenter les choses sans misérabilisme. Oui, les malheurs du monde, oui, ils sont là, mais il ne s’agit ni de s’affliger ni de détourner le regard. Il s’agit d’être au centre de soi et d’agir par soi et pour soi, pour accomplir les choix que nous réalisons.

Les légendes

Qu’elle soit la première femme, autonome et non crée à partir d’une cote, qu’elle soit un démon, qu’elle soit un souffle du désert dévorant les enfants. Accoucheuse ou avorteuse, succube. Il y a beaucoup d’histoires sur Lilith. bien plus que je n’en connaisse. Aucune ne me parle plus particulièrement et je ne la connais pas assez pour avoir un avis. C’est à vous de voir !

Et donc

Et donc pas mieux. Je livre juste ma petite expérience, qu’elle soit utile à qui pourrait en avoir besoin, qui sait.

(Et donc je ne trouve plus le bouton pour justifier le texte, ce qui me plonge dans une abyme de tension nerveuse. Qui sait où il se cache ? il a disparu vous dis-je ! )

 

Publicités

Le mois de Frigg, épisode 3 : A New World.

à la fin de tout, que resta-t-il de Frigg ? De ce monde ?

Lors du Ragnarök, beaucoup meurent, l’univers tel que connu dans ces mythes s’effondre. Mais Frigg ne meure pas, elle.  L’auteure de la chanson considère ici que peut-être, comme Nana, l’épouse de Baldr, elle suit Odin dans le monde des morts.  Nous en avons discuté avec une amie et nous sommes d’accord que cela colle assez peu au personnage. Je vois plus Frigg restant, se battant à sa façon, restant cachée et assurant la suite, suivant le fil. Après tout, c’est la femme d’Odin, si il y en a une qui a dû en apprendre en voyage spécial et dissimulation on peut supposer qu’elle est concernée. (théorie personnelle) Dans quel but, je n’en sais foutre rien.

Ragnarök par DZO Olivier

Ragnarök par DZO Olivier

Les Dieux peuvent mourir. Ils ne sont pas immortels, dans le nord, les pommes d’Iduna prolongent leur vie et leur amène des bénéfices nombreux, mais la mort peut les frapper. Et après ? Baldr dans le monde d’Hel témoigne que ce n’est pas la fin pour autant. Considérant la réalité des Dieux, on peut supposer que quelque chose change, de façon irrémédiable, mais quoi ? Je suppose (tapez pas les gens, c’est de l’élucubration perso là) qu’ils sont délocalisés en somme. Non plus lié à un lieu, mais « chargés » sur une trame qui leur permet d’être partout et nulle part à la fois. Morts en somme, mais toujours là, mais en pas pareil. Voilà voilà.

Sassafrass est un groupe américain qui chante a capela. Aranna en avait linké un morceau lors du Loki project et j’avais été subjuguée par la performance de ce groupe, par leurs textes et l’intensité de l’interprétation.

A New World met en scène Frigg, qui parle à Magni et Modi, les enfants de Thor (son beau-fils), survivants du Ragnarök.

Cette chanson m’a touchée au-delà des mots. J’ai une compréhension euh relative de l’anglais, mais là même sans le texte, j’ai été dévastée par la charge portée par la voix de la chanteuse.

Frigg n’est pas une mamie nova fluff, décidément pas.

Les paroles, trouvées sur le site du groupe

Grandchildren, Thunder-sons, pride of your father
And light of your grandfather’s all-seeing eye,
The day is approaching of Ragnarok battle,
When all of your family will die,
except you.

But a new world will rise from the waters,
And new life will stir in her seas,
And the old sun will leave us a daughter,
As bright and as precious as she.

Well we know, Grandmother, all that must come
How the wolf and its children will swallow the sun,
And our father and grandfather fall to the beasts,
And the fires of Musphell will feast
on the dead.

But a new world will rise from the waters,
And new eyes will wake to her dawn,
And the last pair,
Lif and Lifthrasir,
The woman and husband,
Will guard in their hiding place
Life and the will to live on.

Well we know, Grandmother, all we must do
When the humans establish their homesteads anew.
We must teach them, like grandfather, all that they need,
How to stand, how to speak, how to fight, how to lead,
Why the old worlds have fallen, and why they still live,
But we don’t know what answer to give
When they ask of us

What was Odin?
(Answer me, answer me, somebody answer me)
This strange Allfather,
(oldest of questions and deepest of needs)
Who built such wonders
(our mystery, mystery, teach us our history)
And lost them again to the dark?
(lost them again to the dark of the grave)

Was he cruel? Was he kind?
Was he wise? Was he blind
To the needs of the humans
who suffered and died?
As he kept his worlds locked
On their desperate course
With his justice and witchcraft
And guile and force?

What was Odin?
(Answer me, answer me, somebody answer me)
This teacher and soldier 
And trickster and king? 
Who lost such wonders?
(who mystery, mystery, fathered our history)
Seducer and savior
And rapist and king.

Grandchildren, take with you only one answer
To teach a new world what your grandfather was:
That from fire and ice, where no man can live easy
He carved out a place where a man can live proud.

And a new world will rise from the waters,
And new men will bask in her day.
And my lost sons:
Dear shining Baldur
And unlucky Hod will
Return from the darkness
And join you in guiding their ways.

And they know
From Hel and Valhalla
What Fate shows
At their father’s last stand
That from fire and ice, where no man can die easy
He carved out a place where a man can live long
And die proud.

And they know
From Hel and Valhalla
What your grandfather gave to you
So carry him with you
In all that you teach and do.

When the new world will rise from the waters,
And new men will ask you our names.
And my lost sons…
Tell them I love them,
And tell them I miss them,
And tell them I thought of them
Even as Ragnarok came.

Grandchildren, Thunder-sons, pride of your father
And light of your grandfather’s all-seeing eye,
The day is approaching of Ragnarok battle,  (Help me know why I live)
When all of your family will die, (When all will die)
except what lives on inside you.  (Even you)